06/10/2013

Elections: les grosses machines triomphent

Les résultats partiels à 15h30 montrent déjà le clash très net entre les grosses cylindrées et les outsiders. On pouvait s’y attendre. Ce clash est très marqué. On verra s’il s’atténue au fil de l’après-midi, mais en gros les jeux sont faits pour les petits partis: le quorum ne sera pas atteint.


élections,grand conseil, conseil d'etat,geneve,jenni,Verts’lib, PDB et PP sont franchement à la traine au Grand Conseil. Au Conseil d’Etat c’est pareil. Mon favori Pierre Jenni, indépendant, est avant-dernier à cette heure. Les autres rament. Je ne sais s’il en restera pour le deuxième tour ni quels soutiens ou alliances ils trouveront, mais ce sera très difficile. Dommage, il y a des personnes nouvelles qui en veulent et qui ont des compétences, des idées et de la personnalité.

Evidemment les grosses machines ayant déjà des bases électorales tirent leur épingle du jeu. Ils sont visibles, connus, ont un parcours, ce que les autres n’ont pas. Etre indépendant ou créer un nouveau parti est un parcours du combattant. Ainsi va la démocratie: on veut savoir à qui l’on a à faire.

Une stratégie électorale se prépare longtemps à l’avance. Elle a besoin de relais et de militants sur le terrain. Les indépendants sont forcément desservis de ce point de vue. Pourtant il en faudrait, de ces personnalités capables de faire bouger des lignes hors des clivages habituels. élections,grand conseil, conseil d'etat,geneve,jenni,

Quelques locomotives s’essoufflent. Sur des résultats partiels il ne faut pas trop s’engager, mais on voit que Christian Grobet n’a plus la force électorale qu’il a connu. Rémy Pagani le supplante. Sa gesticulation a marché. Il y a un public pour ce genre de spectacle. Les autres d’EàG peinent. A cette heure également, les Verts font un carton à l’envers. Résultat d’une politique de blocage systématique de Genève? En tous cas il n’y a pas de prime à la sortante, et à cette heure il s’agirait plutôt d’une sanction pour Michèle Künzler. Tant mieux, vu la politique désastreuse qu’elle a mené. Elle n’a même pas eu le courage de répondre sur le blocage programmé du pont du Mont-Blanc.

Sandrine Salerno est derrière Anne Emery-Torracinta. Quel duo la gauche enverra-t-elle au second tour? Et quelle entente sur l’ensemble de la gauche? Le choix sera cornélien.

Notons aussi les bons résultats du MCG et ceux, en demi-teinte, de l’UDC. La logique des chiffres voudrait que le MCG ait un Conseiller d’Etat en novembre. Mais les ententes ne suivent pas toujours cette logique. Le second tour du Conseil d’Etat s’annonce ouvert et intéressant, pour autant que les personnalités en présence ne soient pas que des exécuteurs de lignes partisanes mais aussi des personnalités dotées d’initiative.

Quel que soit le résultat, Genève doit bouger. Et réaliser la traversée de la Rade avant la réfection du pont du Mont-Blanc.

16:04 Publié dans Elections, Genève, Politique | Tags : élections, grand conseil, conseil d'etat, geneve, jenni | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Cher Homme Libre,

Mon hypothèse sur la dispersion des voix pour l'élection au Conseil d'Etat se confirme... Il y a des circonstances où avoir raison ne constitue pas une joie ou un plasir, cependant (à 18 heures 20, 823 voix pour votre candidat favori Pierre Jenni).

On se réjouira néanmoins de voir que la maire de Genève, Sandrine Salerno se retrouve en douzième position et n'a donc aucune chance de sévir au niveau cantonal. C'est une bonne nouvelle pour le canton qui n'avait aucun besoin d'elle.

Pour le Grand Conseil, ma foi... La sanction est sans appel pour les Verts et sévère et juste pour les dinosaures du PLR... Reste à espérer que la droite dure ne devienne pas l'alliée objective systématique du PS, comme souvent le cas au conseil national... Ce serait le cauchemar...

Allez, je vais boire une bière pour oublier...

Écrit par : Déblogueur | 06/10/2013

Bravo à Pierre Jenny, les autres c'était prévu !

Écrit par : Corto | 06/10/2013

Déblogueur, vous avez raison en effet, mais je ne regrette pas mon vote ni mon soutien à Pierre Jenni. Je pense toujours que sa candidature avait du sens malgré le résultat obtenu.

Il est clair qu'il manquait de visibilité et que cela ne s'invente pas. Etre indépendant est une vocation difficile en politique. Avec le système mis en place par la nouvelle Constitution cela sera de plus en plus difficile de l'être, la loyauté ou le pragmatisme exigeant de l'électeur d'être cohérent entre le Grand Conseil et le Conseil d'Etat.

Pour les Verts, c'est une ligne qui est sanctionnée. Madame Künzler en fait les frais, et sa sortie est indigne. Objet du prochain billet. Après je la laisserai admirer la nature hors des ors de la République.

Écrit par : hommelibre | 06/10/2013

Bonsoir John !

Pour Pierre Jenni, je suis d'accord avec vous. Ce candidat que je ne connais qu'à travers les blogs, a eu beaucoup de mérite à s'être présenté seul, sans l'appui d'aucun parti, à cette élection au CE. Par le biais des échanges sur les blogs, Pierre Jenni a par ailleurs amplement démontré des qualités et des compétences qui vont bien au-delà de son domaine d'activités professionnelles : la mobilité. Je suis persuadé que Pierre Jenni aurait fait un excellent Conseiller d’État, libre semble-t-il de toute attache politique.

Il est dur de sortir des sentiers battus !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 06/10/2013

Les commentaires sont fermés.