06/10/2013

Michèle Künzler sombre dans l’indignité

«Les genevois veulent des tordus». C’est le propos implicite de la (mauvaise) perdante. En annonçant son abandon en direct sur la radio romande elle était sous le choc. Voix mal assurée, répétition 13 fois des mots «difficile» et «difficulté» (dont une séquence de 9 fois en 90 secondes, soit une moyenne d’une fois toutes les 9 secondes), les sanglots proches.


élections,geneve,kunzler,abandon,vengeance,dignité,victimisation,Elle l’a donc pris très personnellement. Et l'on connait la capacité de victimisation de Michèle Künzler. Elle avait déjà affirmé ce printemps qu’on la critiquait parce qu’elle était femme. Aujourd’hui elle serait bouc émissaire. Ne peut-elle pas comprendre que c’est sa politique qui est sanctionnée? Pourquoi par exemple n’a-t-elle rien dit sur l’inéluctable fermeture du pont du Mont-Blanc pendant des années pour cause de travaux, sans qu’une alternative sérieuse n’ait été envisagée (traversée de la rade)? Le blocage de Genève était inévitable et souhaité par la ministre. Les genevois n’ont pas aimé.

En prenant sa défaite aussi personnellement, elle se défausse encore une fois, elle se pose en victime encore une fois. Ses propos à la radio romande sont terribles (à 11'20"):

«J’ai joué en fait ce rôle de bouc émissaire dans ce canton. On peut juste espérer que ça serve à quelque chose mais je pense pas. La vraie difficulté de ce qu’on me reproche c’est d’être honnête, sérieuse, travailleuse, et pas tordue. Et finalement les gens ont décidé d’avoir un autre chemin. C’est aux genevois de décider. Ils ont décidé d’avoir des gens qui sont autrement que moi.»


D’une part son silence sur la question du pont du Mont-Blanc n’est pas un modèle d’honnêteté. D’autre part, dire que les genevois veulent «des gens qui sont autrement que moi» signifie que les autres, comparés à elle si pure et parfaite, sont des tordus. Les futurs élus sont des tordus, les genevois veulent des tordus.

Ces derniers apprécieront, et trouveront dans ces propos une raison supplémentaire d’avoir remercié madame Künzler.

Elle aurait pu avoir un minimum de dignité, ne pas pleurnicher, ne pas accuser les genevois de quelques turpitudes. Les femmes et hommes publics ne devraient pas s’étaler ainsi sur eux-mêmes, sauf s’il s’agit d’illustrer une question de société. Ce qui n’est pas le cas ici. On n’y trouve même pas le minimum d’humanité - sauf si l’humanité est de se venger passivement et de s’en aller sans se battre.

C’est une sortie malheureuse dont elle aurait pu, aurait dû se passer. Le fiel caché sous les larmes reste du fiel, en plus vénéneux. Madame Künzler sombre dans l’indignité.

Pour ce qui est d'assumer un échec électoral, le modèle le plus correct de ces dernières années reste Nicolas Sarkozy, qu’on l’aime ou non, qui a pris entièrement sur lui son échec au 2e tour de la présidentielle 2012.




21:17 Publié dans Elections, Genève, Politique | Tags : élections, geneve, kunzler, abandon, vengeance, dignité, victimisation | Lien permanent | Commentaires (20) | |  Facebook | | | | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Sandrine Salerno a également jeté l'éponge. Selon le minute à minute de la RTS:

"Le nombre de candidats pour le 2e tour sera décidé jeudi", indique Sandrine Salerno (PS), qui ajoute: "mais sur le 2e ticket, ce ne sera clairement pas moi".

Écrit par : hommelibre | 06/10/2013

Je suis toujours étonné que des élus au Conseil administratif de la ville de Genève puissent consacrer autant de temps à leur campagne au Conseil d'Etat, et retourner au CA comme si de rien n'était s'ils ont perdu. Ces postes sont des plein temps. "Si je perds, je me rabat sur le premier job..." Ne devraient-ils pas se mettre en risque et démissionner avant la campagne pour le CE?

Écrit par : hommelibre | 06/10/2013

Je ne partage pas votre dure critique. On a beau être un/e politicien/e, on en reste pas moins humain. Avoir de la peine à avaler la pilule le jour où vous vous faites licencier séance tenante peut parfaitement se comprendre.

En revanche, je partage votre raisonnement sur les vacances au CA pour raisons de campagne. Ca commence à en faire beaucoup (Maudet, Salerno, Pagani). Sans doute temps de faire quelque chose...

Écrit par : JDJ | 06/10/2013

John,

Je vous trouve dur avec Michèle Künzler dont j'ai également entendu les propos à la radio romande. Je n'ai pas voté pour elle, avant tout parce que je ne partage pas les idées des "Verts" que je trouve beaucoup trop dogmatiques. Il faut toutefois reconnaître que Michèle Künzler n'avait pas la tâche la plus facile avec le département de la mobilité, un département impopulaire s'il en est.

La politique est un métier très dur, pour lequel il faut être blindé. Il faut être capable d'essuyer toutes les attaques, y compris celles qui n'ont parfois aucun rapport avec l'activité politique proprement dite.

Michèle Künzler n'était probablement pas faite pour assumer cette tâche, tout simplement, sans qu'il soit nécessaire de lui trouver les pires défauts. Pour ma part, je ne l'ai pas trouvée indigne, plutôt très affectée.

Quant à Salerno, qu'elle se retire du second tour, c'est ce qu'elle a de mieux à faire. Son féminisme outrancier et son ambition démesurée m'exaspèrent. Sa place n'est pas dans un exécutif qui par définition fonctionne en mode collégial en Suisse. Au sein du Conseil d’État, il faut être capable de faire des compromis et de se placer au-dessus de la mêlée, mais je doute fort que la dame en question puisse faire mieux que ses piètres prestations et déclarations au Conseil Administratif de le Ville de Genève.

Le retrait de Salerno simplifiera la tâche de son parti, dont on connaît l'acharnement à vouloir préserver la parité hommes-femmes à tout prix.

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 07/10/2013

Michèle Kunzler a été battue, largement, le reconnaît et se retire d'une course perdue d'avance.

Où est l'indignité? Je serais tenté de dire que c'est plutôt vous qui sombrez dans ce travers, en tirant sur l'ambulance, si pas sur le corbillard...

La page est tournée, les urnes ont parlé et sanctionné celle qui a été l'objet de toutes les critiques, y compris les plus acerbes a été sanctionnée, sans appel... A quoi cela sert-il d'en ajouter une couche de plus?

Et puis, la meilleure nouvelle du jour est sans doute celle de la baffe infligée par le corps électoral à Sandrine Salerno, qui sort de la course au Conseil d'Etat par la très petite porte de son impopularité permanente.

Écrit par : Déblogueur | 07/10/2013

Madame Kuzler fait bien d'utiliser le mot* Tordus*.Surtout quand on sait des décjetteries surveillées par les névrosés de la* camescopite aigûe*.Dépenser l'argent du contribuable pour suveiller des con-tainers faut vraiment avoir l'esprit Vert et bien tordu

Écrit par : lovsmeralda | 07/10/2013

Ouf, ça fait du bien quand même, dans les deux cas.

Écrit par : Mère-Grand | 07/10/2013

Accepter sa défaite n'est jamais facile. On peut comparer une défaite politique à un licenciement et c'est très dur de l'admettre et surtout de comprendre "pourquoi moi".

En revanche, faire comprendre que les autres sont des "tordus" manque de diplomatie et d'élégance !

Écrit par : MBA | 07/10/2013

"Accepter sa défaite n'est jamais facile. On peut comparer une défaite politique à un licenciement et c'est très dur de l'admettre et surtout de comprendre "pourquoi moi"."

Désolé, l'intensité de la blessure est peut-être comparable mais c'est son problème, un politique qui n'a pas la carapace d'encaisser le désaveu, qui fait parti du jeu politique en démocratie, n'a rien à faire en politique. A réorienter vers une carrière de tyran ou bien d'assistante sociale.

"En revanche, faire comprendre que les autres sont des "tordus" manque de diplomatie et d'élégance !"

Donc prédisposition à embrasser la carrière de khmer vert. Le peuple n'a pas été dupe.

Écrit par : Giona | 07/10/2013

Je n'ai pas voté pour Mme. Kunzler , comme Jean d'Hotaux (désolé pour le circonflexe) je la trouve trop dogmatique comme ses collègues de parti, mais a sa décharge elle a hérité des rates de son prédécesseur qui a laisse une gabegie pas possible dans son département.

Écrit par : Grindesel | 07/10/2013

"Ne devraient-ils pas se mettre en risque et démissionner avant la campagne pour le CE?"

C'est bizarre, mais je ne me rappelle pas avoir lu le même commentaire à propos de Maudet en son temps. Sans doute ma mauvaise mémoire...

Apparemment vous vous consolez comme vous pouvez de la magistrale claque pris par votre favori. La honte. Même pas dû faire le plein des voix des chauffeurs de taxi.

Tant de rage, que dis-je de haine à l'encontre de qqn qui a perdu et se retire logiquement, c'est pathétique. Vous vous jugez plus vous-même que la dame en question.

Et vous êtes en forme, vous remettez ça avec Mme Valette.

Écrit par : Johann | 07/10/2013

D'accord aussi en ce qui concerne Pierre Maudet, mais à l'époque cela ne m'avait pas autant interpellé. Le nombre, l'effet cumulatif, rendent la chose plus visible. C'est valable pour tout le monde, et peut-être faut-il envisager une autre règle du jeu à l'avenir.

Pour M. Künzler, sa manière de traiter les genevois est simplement inacceptable, même si elle est déçue.

Écrit par : hommelibre | 07/10/2013

Il va falloir maintenant au deuxième tours éloigner un maximum les MCG de la coure des grands, parce que franchement, ça sent le fromage !!

Écrit par : Corto | 07/10/2013

Quant à Michèle Kunzler, c'est comme si elle avait jamais existé, d'ailleurs, elle n'a jamais existé !

Écrit par : Corto | 07/10/2013

Mme Kunzler a pris une veste verte ! Je pense qu'elle n'est pas seule responsable de sa déroute car la grosse erreur est celle des Khmers Verts qui l'ont désignée il y a 4 ans. Ils sont aussi mauvais qu'elle. Ce n'est pas Hodgers qui rallumera la flamme verte car, comme il n'y jamais travaillé de sa jeune vie, il n'a aucune expérience dans la gestion fût-elle politique. La déroute des Khmers Verts est une excellente chose pour Genève.

Écrit par : Octave Vairgebel | 07/10/2013

Chaque militaire pouvait choisir quelles parties du corps il pouvait utiliser pour déterminer le montant de la prime.
Le premier candidat demanda que la distance entre le dessus de sa tête et le bout de ses orteils soit utilisée. Comme il mesurait 1m80, il a obtenu une prime de 36 000 $.

Le deuxième candidat, un peu plus rusé, demanda d'être mesuré du bout de ses bras levés au-dessus de sa tête au bout de ses orteils. Il obtint 46.000 $.

Le troisième candidat, un vieux sergent-major qui en avait vu plus d'une, demanda à être mesuré du bout de son pénis jusqu'à ses testicules! On lui recommanda de reconsidérer la situation, soulignant les montants avantageux que les deux premiers candidats avaient reçus. Mais le vieux soldat insista et on respecta son choix à condition que la mesure soit prise par un médecin militaire.

Le médecin militaire arriva et demanda au sergent-major de baisser son pantalon, ce qu'il fit.

Le médecin plaça le ruban à mesurer sur le bout du pénis du sergent-major et procéda vers l'arrière.
"Mon Dieu!' dit le médecin, mais où sont vos testicules ?
Le vieux sergent-major répondit calmement :
“ Au Vietnam! ”

Écrit par : Corto | 07/10/2013

Deux des principaux problèmes de Genève sont la circulation et les finances et, comme par hasard, ces deux département étaient gérés par les Khmers Verts !

Écrit par : Larry Klette | 08/10/2013

Franchement, hommelibre, vous êtes trop intelligent pour tomber dans un panneau aussi énorme que le Künzler-bashing.

Ce qui s'est passé est très simple: le parlement a voté à l'unanimité (doit on rappeler que sa majorité est de droite?) une réforme du réseau TPG, et ce AVANT l'entrée en fonction de Mme Künzler qui n'y était donc pour rien. Une fois le projet concrétisé, il n'a pas plu aux Genevois, qui ont exprimé leur mécontentement.
Quoi de plus simple alors pour le parlement que de rejeter toute la faute sur Mme Künzler (PLR et MCG en tête, mais on ne peut pas dire que les Socialistes aient défendu la ministre)? Que de procéder à son lynchage dans la presse?

Maintenant, les Verts ne sont pas votre tasse de thé (et la mienne non plus, d'ailleurs), on a compris. Je pense que l'amertume de Mme Künzler est compréhensible; le lynchage et l'humiliation dans les médias dont elle a été la victime était sans précédent. Elle a raison d'évoquer ses inquiétudes pour le futur. Ce n'est pas notre tradition politique que de traîner des gens dans la boue comme ça.

Écrit par : Laura | 08/10/2013

@Laura

Et alors, quoi ?

MK n'a commise aucune erreur, le minable populo votant (enfin le 40% qui l'a fait) n'a rien compris, n'a aucune culture ni intelligence et tout ça est trop cruel et injuste ?

Allons on revient sur terre, son arrogance était sans limites, sa communication nauséabonde et elle l'a payé au scrutin populaire, que du normale et on passe a la suite.

Bonne nuit

Écrit par : Eastwood | 09/10/2013

Que ce monde est cruel, c'est pour ça que je ne rentrerais jamais dans le monde de la politique, au fait le parti socialiste, est-ce un parti politique ?

Laura, ce que je vois, c'est MK ne faisait de la "politique" uniquement pour elle, la preuve, elle le prend perso !

Dans la politique, (même si l'on ne fait que défendre des idées), on le fait pour les autres, par contre si l'on échoue, on ne peut que s'en prendre à soi même !

Si MK ne l'avait pas bien comprit, c'est qu'elle était bêtement instrumentalisée par ses camarades, ce qui est mille fois plus laid, autant venant de sa part que de la part de ses camarades !

Pauvre victime d'un monde trop injuste !!!

Écrit par : Corto | 09/10/2013

Les commentaires sont fermés.