03/11/2013

Municipal: provocations croisées

Le mini-psychodrame du Municipal genevois fait ses vaguelettes. Je l’ai dit ailleurs, les propos de Denis Menoud sont blessants et des excuses de sa part sont certainement souhaitables. Il n’avait pas à attaquer Pascal Holenweg comme il l’a fait. Pas plus qu’il n’a à mettre en cause l’appartenance suisse des naturalisés.


municipal,geneve,menoud,holenweg,thévoz,verts,socialistes,fascisme,nationalisme,provocation,Qui est le plus digne?

Mais quel déchaînement contre lui! Jusqu’à lui attribuer des propos qu’il n’a pas tenus, comme de vouloir enlever le passeport des naturalisés et les reconduire à la frontière.

Langage, langage, quand tu glisses entre nos doigts...

Il a, par provocation évidente, proposé aux naturalisés mécontents de la Suisse, de rendre eux-mêmes leur passeport et de retourner chez eux. Ce n’est qu’une nuance, sans doute, mais une nuance de taille. On ne peut assimiler ce propos au pétainisme et au fascisme. Le faire est une surenchère dans la provocation, pas la réalité. Ce n’est donc pas crédible.

Aucun parti en Suisse ne soumet de projet de loi visant à reconduire à la frontière les «mauvais suisses» (dont je ferais partie en tant que fils de migrants et naturalisé). Aucun parti ne propose non plus d’imposer la dictature du prolétariat.


Donc Denis Menoud est aujourd’hui le vilain canard, mieux: le mouton noir. Soit.

Mais pourquoi ne pas rappeler la manifestation totalement méprisante et incivile, voire incivique, de la gauche lors de la séance du Municipal de mai dernier, quand les élus PS et Verts ont bafoué le règlement et le président du Conseil, et saboté la séance? Cette arrogance et ce mépris des lois et des personnes sont-ils plus recommandables que l’attitude de Denis Menoud? N’y aurait-il donc que du beau monde chez ces gens-là? En quoi les Verts et le PS seraient-ils plus légitimes à s’asseoir sur la démocratie que le MCG? En quoi seraient-ils plus moraux et plus dignes?

Je cherche mais je ne trouve pas. La haute valeur morale qu’ils invoquent suite aux propos de Menoud ressemble à du produit pour redonner des couleurs à une viande périmée.


Tout et son contrairemunicipal,geneve,menoud,holenweg,thévoz,verts,socialistes,fascisme,nationalisme,provocation,

Alors, si l’on veut flinguer Menoud, ok, il a tout fait pour et je ne défends pas de tels propos. Mais que l’on flingue aussi, par honnêteté intellectuelle, tous ceux qui dérapent, traitant leurs collègues de xénophobes et leur travail de «cirque», prenant l’enceinte du Municipal pour une officine de pub partisane, riant et se moquant ouvertement de leurs collègues pendant les séances, ou incendiant la Suisse sur leur blog.

Quand le socialiste Thévoz écrit:

«Il faut le dire, les «nationalistes » sont des traîtres. Ils prétendent servir notre pays mais jouent de la surenchère politicienne en traînant le pays derrière eux comme un mari ramenant sa femme à la maison, la tirant par les cheveux pour bien montrer qui est la patron et qu’elle est à eux.»

non seulement il amalgame tout et n’importe quoi mais il insulte les femmes et les hommes dans cette image d’Epinal par laquelle il montre le niveau du débat politique. L’amalgame est un des moteurs de fonctionnement de la pensée fasciste. Il était largement pratiqué par les rédacteurs de «Je suis partout», brûlot fasciste d’une triste époque.

Il est d’ailleurs curieux de lire l’envolée anti-nationaliste de Sylvain Thévoz alors que son collègue de parti Adrien Faure recommande, lui, la création d’un parti nationaliste de gauche: «Ceci me fait dire que la création d'un parti nationaliste de gauche en Suisse serait avantageuse pour la gauche. Car ce nouveau parti absorberait l'électorat des classes précarisées et moyennes qui votaient UDC contre leurs intérêts de classe.» Personne n’a crié au pétainisme de gauche en lisant cette proposition. La fin justifierait les moyens. C’est la mort du droit. On attend la prise de position de Sylvain Thévoz sur la proposition de son collègue de parti.


municipal,geneve,menoud,holenweg,thévoz,verts,socialistes,fascisme,nationalisme,provocationDes points W?

L’honnêteté intellectuelle n’est décidément pas la disposition la mieux partagée en politique.

Bon. On pourrait donner des points d’irrespect plutôt que des points Godwin. On pourrait les appeler les points «W», en référence à Georges W. Bush et son équipe alertant sur des armes de destructions massives inexistantes pour cacher au peuple comment lui-même agit. A ce jeu-là, il n’est pas certain que Denis Menoud occupe la première place.

Dans l’arène municipale genevoise, la gauche qui méprise et la droite qui invective sont au fond de la même famille d’esprit et de fonctionnement. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Et l’on peut se demander pourquoi on laisse tout passer à cette gauche méprisante.

Commentaires

Vous êtes "gentil" de départager les tords des uns et des autres dans cette affaire...

Il serait aussi honnête de rappeler, en passant, qu'un ancien conseillé PS,qui plus est, ancien président du CM de la ville de GE, s'est fait attraper lui, pour ses actes abjects contre des élèves mineurs dans son école...Mais vous me direz, ce sont des faits strictement privés qui ne regardent que lui...
Sauf que l'on a bien tenté de cacher la vérité au peuple sur cette très sale affaire..si ce n'est que certains enseignants courageux ne l'ont pas entendu de cette oreille...et ont dénoncé ouvertement les faits.

Alors à (im)moralité, (im)moralité et demi...

Écrit par : Exprof | 03/11/2013

Je suis d’accord avec vous ! Cette attitude méprisante, insultante d’une gauche donneuse de leçons, et qui bafoue allégrement les règlements du Municipal, courage les dérapages du MCG !

Je me suis d’ailleurs indignée de ces comportements dans « Cracher dans la fondue » in :

http://micheleroullet.blog.tdg.ch/archive/2013/11/02/cracher-dans-la-fondue-249284.html

Écrit par : Michèle Roullet | 03/11/2013

Ces débordements démontrent que ces gens n'ont ni éducation, ni bon goût.

Écrit par : Déblogueur | 03/11/2013

Parce que la mère Michu ne donne pas de leçons ?

Écrit par : Plouf | 03/11/2013

"Et l’on peut se demander pourquoi on laisse tout passer à cette gauche méprisante."

Encore faut-il pour cela évoquer des faits que la droite a effectivement laissé passer.

Néanmoins, après cette magnifique série d'autogoals du gardien de la Suissitude du MCG, équivalente à une disqualification de M Menoud au prochain tour, je dénonce et condamne aussi bien la cupidité que la sensiblerie des jeunes socialistes qui réclameraient des sanctions supplémentaires contre un de leurs pairs, aussi représentant élu du peuple, en paraphrsant Harry Truman:

"Si les oreilles des mignons ne supportent pas ce que le peuple leur dit à travers ses autres représentants, ils n'ont rien à faire au parlement."

Appeller au secours la justice après s'être pris une douche verbale parlementaire en règle, c'est renoncer à vous battre pour ceux qui vous ont élu précisément pour cela, et éviter les douches de lacrymo et de matraques.

Écrit par : Chuck Jones | 04/11/2013

@ Exprof: la gauche met la chienlit et une partie de la droite sort des flèches empoisonnées. De ce point de vue ils sont co-auteurs de ce qui se déroule dans ce "cirque" pour reprendre le mot d'Olga Baranova, dont le degré de respect de cet hémicycle et de ses collègues laisse songeur.


@ Chuck: je ne me souviens pas qu'il y ait eu une réelle sanction contre le comportement de la gauche lors de la séance de mai, ni que les propos d'Olga Baranova traitant ses collègues de xénophobes et faisant du cirque aient été sanctionnés alors qu'elle dénigre avec une certaine violence. Le discours de Menoud, aussi déplacé soit-il, entre dans un contexte général où l'enceinte municipale tient en effet du cirque. Je trouve que les dérapages de la gauche sont pris avec beaucoup plus de mansuétude, presque comme ne normalité.

J'aime assez la citation de Trumann que vous mentionnez. Il faut une marge de "dramatisation" dans un hémicycle, et ne pas tout judiciariser d'emblée. Mais sans parti pris, on constate que cette mini-polémique tombe bien entre les deux tours des élections.

Écrit par : hommelibre | 04/11/2013

L'expression originale de Truman est ...

... "If you can't take the heat, get out of the kitchen."

Écrit par : Chuck Jones | 04/11/2013

Les commentaires sont fermés.