05/11/2013

Conseil d’Etat 2e tour: Thierry Apothéloz - Antonio Hodgers

Thierry Apothéloz a d’emblée un bon point: il écrit bien. Il est clair, construit dans ses idées, agréable. Jamais agressif, respectueux, même dans ses critiques. J’apprécie ses billets plus culturels. Les billets politiques sont parfois trop consensuels pour moi et je me demande où il est positionné. Cela dit c’est un politique souple, pas un littéraire.


thierry apothéloz,antonio hodgers,gauche,socialiste,verts,geneve,élection,inégalité,maudet,longchamp,conseil d'etat,Je passe sur la politique de Vernier, que je connais peu. Je lis dans son dernier billet tout le bien qu’il pense du festival de Vernier sur Rock et le tremplin que cette manifestation a donné à des jeunes en errance. Bien. J’ai quand-même un peu l’impression qu’il s’approprie la manifestation quand il insiste autant sur ces jeunes en soulignant qu’il en a lui-même suivis. Ainsi quand il écrit: «Combien de ces jeunes – que j’ai moi-même encadrés lorsque j’étais président d’une maison des jeunes – sont aujourd’hui des gens comme vous et moi, mais qui ont connu des périodes de galère durant leur jeunesse et pour lesquels VSR a été un véritable tremplin dans la recherche de leur place dans la société ?», je subodore une forme de récupération.

Il est tombé dans le piège de la supposée inégalité salariale entre femmes et hommes, citant une différence salariale de 27%. On sait que ce chiffre ne correspond pas à la réalité en chiffres détaillés, et que l’on attend toujours des fiches de paie comparatives de mêmes postes dans la même entreprise, toutes qualifications identiques, pour voir si c’est vrai. On attend aussi des décisions de Prud’hommes qui feront plus pour monter si c’est vrai que des études dont on arrange les chiffres selon le commanditaire.

Son billet du 1er août est un modèle de langage universel, acratopège (sans qualité particulière). Je veux dire sans saillie, sans marque de personnalité, sauf à considérer que l’évitement des conflits est une marque de personnalité. C’est un peu léger de terminer ce billet du 1er août par la phrase: «Au fond, ma Suisse, c’est la vôtre.» Heeeuuu...

Je lui reconnais le courage d’avoir assumé publiquement son homosexualité, chose pas toujours facile j’imagine. Et par bonheur, il ne balance pas l’injure «homophobe» contre ceux qui pensent autrement que François Hollande. Un bon point.

Il doit être un type sympa et agréable. Au point où il est difficile de trouver une photo où il n’arbore pas son légendaire sourire. Je pressens chez lui - à tort ou à raison? - un méditatif plus qu'une locomotive. Ce qui n'est pas une critique. J'apprécie. Mais je ne sais pas si cela suffit au Conseil d’Etat. Il faut quand-même un certain mordant pour siéger comme ministre.

 



thierry apothéloz,antonio hodgers,gauche,socialiste,verts,geneve,élection,inégalité,maudet,longchamp,conseil d'etat,J’ai déjà dit quelques mots sur monsieur Hodgers. Je complète rapidement mon sentiment. Les Verts en général, lobbys extra-politiques compris, ont développé une image très conservatrice. Faut pas bouger, surtout pas bouger. On le voit avec le recours contre la plage de Genève. Faut-il ne plus bouger pour laisser les fourmis rouges envahir le bitume? Il y a un peu de cela.

Donc déjà être Vert n’est plus du tout progressiste. Cela tient plus à un patriotisme de gauche et à un localisme sans ambition. D’autre part, je ne sais pas comment leurs candidats sont choisis, mais si madame Kunzler ne brillait pas par son audace et sa clarté d’intention, Antonio Hodger déroule régulièrement son sourire charmeur de post adolescent et s'appuie sur les femmes de sa famille. On voit l’intention électoraliste, au-delà des thèmes propres aux Verts. C’est un peu un mélange de Julio Iglesias et de Luc Barthassat: «Vous les femmes» et «Aimez-moi!». De quoi réveiller la maman-princesse qui sommeille dans nos compagnes...

Et pourtant, malgré ses efforts à paraître le gendre idéal, je ne peux me départir de ce sentiment d’immaturité masculine chez lui, de ce côté gamin dont je ne suis pas certain qu’il lui donne l’assise et l’indépendance affective nécessaire au Conseil d’Etat pour résister aux lobbys et aux copains. Et puis son regard fixe me glace. Je me demande toujours où les gens trop gentils mettent leurs confrontations et sur qui tombent leurs inévitables colères?

 


PS: Je n’écrirai rien de spécial sur Pierre Maudet et François Longchamp, deux magistrats dont les parcours sont déjà largement commentés. Je n’ai à leur propos pas d’angle d’analyse particulier autre que ce qui est déjà dit ailleurs.

Commentaires

Rajout à propos de cette phrase: "Ma Suisse c'est la vôtre". Cela me fait penser à Ségolène, "Mon programme c'est vous". Je n'aime pas que les politiciens inversent la logique: ce n'est pas à lui de s'identifier à nous, mais à nous de pouvoir nous identifier à lui.

Écrit par : hommelibre | 05/11/2013

Concernant M.Thierry Apotheloz, personnellement, je me fais du souci s'il brigue un poste au DIP et qu'il y distille la théorie totalitaire du gender, comme il l'annonce dans le magazine 360. Pour mon compte, et cela n'engage que moi, c'est une raison suffisante pour ne pas voter pour lui.
http://www.lesobservateurs.ch/2013/11/04/lgbt-programme-socialiste-geneve/

Écrit par : MM | 05/11/2013

En effet il faut faire barrage au gender, MM. Merci pour l'info MM que j'ignorais. Je vais revenir sur sa candidature demain.

Écrit par : hommelibre | 05/11/2013

Les commentaires sont fermés.